Technologie : ENSMM et R-évolution

R-évolution 3D !

Pas de faute de frappe : c'est le nom de la nouvelle imprimante 3D métal que vient d'acquérir l'École Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques.
Capable de réaliser le modelage de pièces aux géométries les plus complexes, elle offre un choix de 15 métaux différents pour les créer.

L'ENSMM fait partie des premières écoles d'ingénieurs à disposer d'une imprimante 3D métal, et offre ainsi à ses élèves un nouvel outil pédagogique, en plus des logiciels déjà mis à leur disposition. Désormais, ils ont la possibilité de modéliser des pièces (jusqu'à présent irréalisables - de par leur complexité - à l'aide des imprimantes 3D plastique), de les programmer sur l'imprimante et de les éditer pour les entreprises dans lesquelles ils effectuent leurs stages.

Le processus une fois l'impression lancée ?
La machine dépose une fine couche du métal choisi dans une cuve. La poudre y est fondue, grâce à un laser infrarouge, selon le modèle de pièce dessiné.
On laisse le temps à la matière de se solidifier, puis on applique ainsi couche sur couche jusqu'à obtenir la pièce finale... On passe ainsi de l'idée d'un l'objet à l'objet réel !

Dans un univers ou innovation et concurrence sont rudes, l'ENSMM trouve important de sensibiliser entreprises régionales mais aussi ingénieurs, chercheurs et enseignants, à cette petite révolution technologique, et propose une journée technique autour de l'avenir de l'industrie :

R-évolution 3D, un enjeu stratégique pour l'industrie
Vendredi 11 mars 2016
de 9h00 à 15h00
ENSMM - Besançon

Télécharger le programme de la journée

 

Illustration tirée du programme ENSMM / R-évolution 3D

Publié le 04/03/2016