La filière économie circulaire

L’économie circulaire désigne un concept économique qui s’inscrit dans le cadre du développement durable et dont l’objectif est de produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Il s’agit de déployer une nouvelle économie circulaire, et non plus linéaire, fondée sur le principe de « refermer le cycle de vie  » des produits, des services, des déchets, des matériaux, de l’eau et de l’énergie.

Ministère du développpement durable

Illustration économie circulaireL’économie circulaire repose sur 7 "métiers" :

  • l’éco-conception : prendre en compte des impacts environnementaux sur l’ensemble du cycle de vie d’un produit et les intégrer dés sa conception ;
  • l’écologie industrielle et territoriale : mettre en place un mode d’organisation industrielle caractérisé par une gestion optimisée des stocks et des flux de matières, de l’énergie et des services ;
  • l’économie de la fonctionnalité : privilégier l’usage à la possession, vendre un service plutôt qu’un bien ;
  • le réemploi : remettre dans le circuit économique des produits qui ne correspondent plus aux besoins premiers du consommateur ;
  • la réutilisation : réutiliser certains déchets ou certaines parties du déchet encore en état de fonctionnement dans l’élaboration de nouveaux produits ;
  • la réparation : trouver une deuxième vie aux biens en panne ;
  • le recyclage : réutiliser les matières issues des déchets.

 

 

 

Écologie industrielle et territoriale

Fin juin 2013, on recensait une cinquantaine de démarches de structuration d’acteurs, soutenues par les institutionnels et la législation.

La démarche d’Ecologie Industrielle et Territoriale (EIT) part des besoins des entreprises et des territoires qui, en fonction de leurs problématiques et de leur typologie (gestion des déchets, approvisionnement en matières premières, en énergie, évolution des règlements), mais également par volonté culturelle de réduire leur empreinte environnementale, vont initier une démarche d’EIT.

 

Les conditions de succès d’une démarche d’EIT :

  • Démarche à l’échelle d’un territoire restreint, périmètre circonscrit : ZAI, EPCI
  • Diversité des activités sur le territoire choisi : des activités différentes et complémentaires
  • Proximité – échelle locale/territoriale : limiter le coût de transports des déchets
  • Coopération : Entreprises et leurs dirigeants, les politiques et les institutionnels doivent développer, entre eux, des relations de coopération basées sur la communication et la confiance
  • Binôme moteur : une entreprise motrice de taille significative sur le territoire et un exécutif institutionnel moteur
  • Qualité de la structure de portage de la démarche : une structure dédiée assurant l’animation et l’accompagnement de la démarche dans la durée

 

Benchmark et étude prospective sur le thème de l’écologie industrielle territoriale – Juin 2014*

 

Enjeux pour les territoires :

  • Réduction des impacts environnementaux des activités économiques et préservation des ressources
  • Renforcement de l’ancrage des entreprises sur le territoire, avec une valorisation des ressources locales
  • Création d’activités, de filières et de services
  • Développement de l’attractivité du territoire
  • Création et consolidation d’emplois locaux

 

  Enjeux pour les entreprises :

  • Accroissement de la compétitivité
  • Diminution de la dépendance aux importations de ressources non renouvelables
  • Augmentation de la résistance aux variations économiques
  • Optimisation des coûts
  • Conformité avec les exigences règlementaires
  • Amélioration de l’innovation et des produits
  • Acquisition d’une plus value marketing potentielle auprès des clients/consommateurs

*Une première étude a été réalisée par l’ARD en juin 2014 et a permis de déterminer quelques territoires francs-comtois pour lesquels les conditions de création d’une démarche d’écologie industrielle et territoriale paraissent favorables.

 

 

Pour aller plus loin dans la filière

Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie - ADEME

L'ADEME est un établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle conjointe des ministères en charge de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche et de l'Économie, des Finances et de l'Industrie.
Elle participe à la mise en oeuvre des politiques publiques dans les domaines de l'environnement, de l'énergie et du développement durable, et met ses capacités d'expertise et de conseil à disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public.

>> www.ademe.fr

 

Organisation pour le Respect de l'Environnement dans l'Entreprise - OREE

Créée en 1992, OREE rassemble plus de 150 membres (entreprises, collectivités territoriales, associations professionnelles et environnementales, organismes académiques et institutionnels). Son objectif est de mettre en place une réflexion commune sur les meilleures pratiques environnementales et développer des outils pratiques favorisant une gestion intégrée de l'environnement à l'échelle des territoires.
Elle mobilise son réseau autour de ses 3 priorités:

  • Biodiversité et économie
  • Economie circulaire
  • Reporting RSE / Ancrage local des entreprises

L'ARD est adhérente de OREE.

>> www.oree.org